Archive for November, 2007

Une nation francophone, existe-t-elle en Belgique?

19 November 2007

Jean Quatremer, le correspondent du journal français Libération en Belgique et l’auteur du blogue Coulisses de Bruxelles, pense qu‘il n’y a pas de “nation francophone” en Belgique, de la même façon qu’il y a une nation flamande:

Cette journée démontre encore une fois que la crise politique actuelle n’est pas vécue de la même façon au nord et au sud du pays. S’il existe une véritable nation flamande qui envisage avec sérénité l’avènement d’un confédéralisme mou, il n’en va pas de même chez les francophones qui ne voient leur salut que dans la Belgique unie. On peut le comprendre, car la « nation » francophone n’existe pas : la division reste la règle entre Bruxellois et Wallons et entre Wallons eux-mêmes (un Liégeois ne se sent guère d’affinité avec un habitant de Charleroi).

Mais c’est pareil au côté flamand, où les gens se sentent gantois ou anversois d’abord, puis flamand, puis belge, puis européen! La différence à mon avis entre francophones et flamands, la raison pourquoi les francophones manquent de ce sentiment “national” en tant que francophones, c’est que le projet national francophone a toujours été la Belgique elle-même.

Au début déjà en 1830, la Belgique était le projet d’émancipation d’une bourgeoisie libérale qui, souvent, devait sa richesse à l’industrie développante de la Wallonie. Ça, et, dans les années précédentes, une politique linguistique des autorités napoléoniennes qui encourageait l’usage du français, a eu comme résultat que cette bourgeoisie était francophone. C’est grace à elle que la nouvelle état belge s’est doté de la constitution la plus moderne de l’Europe de cette époque. Mais c’est grace à elle aussi que la langue officielle de cet état était le français, et que l’élite administratif, économique et politique de cet état était francophone et l’est resté jusque récemment (et encore…).

Si l’émancipation flamande a abouti plus tard à l’acceptation du néerlandais à coté du français et à un pays officiellement bilingue, la côté francophone de la Belgique ne semble jamais avoir accepté qu’entre le fort et le faible, c’était la liberté linguistique du bilingualisme qui opprimait et la loi de la frontière linguistique qui, finalement, a réalisé l’égalité réelle du néerlandais et du français en Belgique.

Et c’est un peu ironique, car il ne faut que regarder le Québec pour voir un exemple où le français se trouve à l’autre côté de cette ligne.

Remembrance Day

11 November 2007

verdun-fr.jpg oosterbeek-us.jpg
fricourt-de.jpg tyne-cot-passchendale-uk.jpg

From left to right, top to bottom:
French war graves, Verdun
American war graves, Oosterbeek (near Arnhem)
German war graves, Fricourt (Somme)
British Tyne Cot cemetery, Passchendale

This year is the Rome Treaty’s 50th anniversary – still wondering why it was a good idea?

Belgian politicians doubleplusgood at blackwhite groupthink

8 November 2007

Politics is the art of the possible. Good politics, in doing so, has a plan of the desirable. Belgian politics, it seems these days, is the art of painting yourself in a corner by planning the undesirable and desiring the impossible.

(more…)